Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BOUGER LES LIGNES - C. Galactéros

LE FIGARO - Emmanuel Macron ou l'esthétique du vide (2/2)

13 Mars 2017 , Rédigé par Caroline Galactéros Publié dans #Figaro, #Politique, #Société, #Industrie de Défense

LE FIGARO - Emmanuel Macron ou l'esthétique du vide (2/2)

Deuxième partie de ma tribune parue dans FigaroVox.

Le candidat « en marche » ne promet pourtant rien moins que « la révolution » et la « réconciliation de l'ambition avec le réel ». Beau programme. Comment ? On verra plus tard. Cela ne vous rappelle pas quelqu'un ? Dans les faits, ce renouveau tonitruant de la social-démocratie par une fusion assumée avec la logique libérale dans tous les domaines assume l'ubérisation de la société et des individus, donc la précarité comme horizon et la stupidité de clivages manichéens entre « ouverture » et « fermeture », entre « progressistes » et « conservateurs », c'est-à-dire en fait entre ceux qui acceptent leur disparition dans un sans-frontièrisme enfiévré et une totale soumission à la dérégulation financière, et ceux qui ne s'y résolvent point. Sans même jouer à se faire peur en imaginant un instant ce que pourrait donner un tel président sur la scène internationale face à des figures telles que D. Trump, V. Poutine ou encore Xi Jing Ping, comment ignorer que sa popularité démontre la gravité de la crise du politique en France. Nos concitoyens sont si désorientés, si dégoûtés qu'ils paraissent prêts à toutes les aventures, même si nombreux sont encore ceux qui sentent combien le choix de mai prochain signera soit l'amorce de notre relèvement collectif, soit l'engloutissement progressif des derniers anticorps sociétaux et culturels protégeant encore notre corps national de l'implosion.

Il faut en outre s'inquiéter que cette offensive destructrice trouve un allié inattendu mais de poids dans une partie des « élites » économiques de notre pays. Celles-ci tombent dans le piège évangélisateur macronien avec une déconcertante naïveté, confondant agitation jeuniste et progrès sociétal, se croyant « dans le vent » alors qu'elles risquent de creuser dangereusement les fractures nationales par un vote irresponsable. Il existe en effet, chez une partie de la couche supérieure de la bourgeoisie française, qui travaille beaucoup, contribue énormément, prend des risques et vit bien mais sans opulence, une volonté de s'identifier aux très grands entrepreneurs, notamment ceux du numérique qui prétendent repousser les frontières de la modernité et modeler le futur humain. Ces « e-stars » sont leurs héros, qui effectivement vivent eux dans une couche sociale marquée par la fluidité, l'effacement des frontières physiques, financières et politiques et n'ont que mépris pour les États qui gênent leurs ambitions… ou s'y prêtent trop servilement. La couche immédiatement inférieure de cette élite veut croire à ces figures de proue et se figure qu'un Emmanuel Macron peut les en rapprocher. Tout à cette identification valorisante, ces patrons ne voient même plus l'imposture politique colossale que le leader d'En Marche! personnifie et qui devrait suffire à dégonfler sa baudruche, même si l'actuelle transhumance empressée des pachydermes socialistes qui le rallient toute honte bue est déjà à elle seule une terrifiante démonstration.

Macron prétend incarner une modernité radieuse alors qu'il est le rejeton tardif prétendument « émancipé » d'une génération politique qui n'a fait que mentir éhontément à son électorat initial.

Cette classe moyenne très supérieure ne veut pas voir le gouffre qui la séparera toujours de ses richissimes « modèles 3.0 ». Emmanuel Macron prétend incarner une modernité radieuse et généreuse alors qu'il est le rejeton tardif prétendument « émancipé » d'une génération politique qui n'a fait que se déconnecter d'avec le monde réel et mentir éhontément à son électorat initial, y compris sur le thème de la souveraineté nationale ou du patriotisme économique. Car il faut enfin évoquer d'autres gravissimes renoncements qui traduisent chez ce courant macroniste une idéologie tenant la défense de nos intérêts nationaux pour inutile voire nocive. Comment oublier en effet que notre « show man », alors secrétaire général adjoint de l'Élysée, a été l'un des principaux (p)artisans de la grande braderie des intérêts industriels français lors de la cession de la partie la plus rentable et surtout la plus stratégique du groupe Alstom - sa branche énergie - en décembre 2014 à General Electric, au terme d'une opération américaine de ciblage et de déstabilisation que l'Élysée a non seulement laissé faire mais finalement accélérée ? A cet égard, l'excellent rapport (ouvert) du CF2R (Centre Français de Recherche sur le Renseignement) de décembre 2014 mérite une lecture attentive. Âmes patriotes s'abstenir. Ces gouvernants, par naïveté ou dogmatisme occidentaliste, veulent ignorer la violence de la guerre économique entre nations, y compris alliées, peut-être parce qu'ils ne croient plus à celles-ci et sont incapables de prendre la mesure des enjeux - en l'espèce la lutte à mort pour la domination du marché mondial de l'énergie.

Après Alstom, et peut-être demain Technip, c'est aujourd'hui Airbus qui semble de plus en plus échapper à la France qui en a été pourtant à l'origine, au profit de l'Allemagne et derrière elle, des États-Unis et de la Grande Bretagne. La récente nomination d'un nouveau directeur technique d'Airbus Group américain et surtout ancien de la DARPA (Defense Advanced Research Program Agency - annexe du Pentagone en charge des techniques de pointe en matière d'armement: robotique, drones, satellites) laisse songeur et devrait allumer des clignotants à tous les étages du palais de l'Élysée. La réciproque serait inconcevable, les États-Unis ayant prudemment légiféré en ce sens. Désormais les fonctions majeures de la direction du Groupe Airbus sont donc noyautées par les Allemands, Américains et Britanniques. La direction de la Stratégie, déjà en retrait depuis la réorganisation du groupe opérée par Tom Enders en 2014, perd son encombrant et brillant directeur historique français et le tour est joué! Certes le siège est transféré à Toulouse. Pour nous faire plaisir, les Français étant notoirement plus sensibles aux symboles qu'aux réalités. Tom Enders a aussi créé Airbus Defense & Space (ADS), réunion d'Astrium et de Cassidian dont le siège est à Munich avec un management presque exclusivement allemand. La partie électronique de cette entité a été cédée au fond américain KKR alors même que Thalès était candidat. Un fonds qui a recruté en 2013 l'ex-directeur de la CIA David Petraeus... L'État français est pourtant actionnaire du groupe à hauteur de 11 % et Airbus est une création française qui doit son essor à des investissements publics très importants… du contribuable français. Mais dès que l'on parle d'intérêts nationaux, on est immédiatement taxé de pensée rétrograde, étriquée et chauvine. Pourtant qui ne comprend que l'évolution du pouvoir au sein d'un tel groupe est essentielle pour notre pays ? Rappelons que la désindustrialisation aidant, l'aéronautique représente aujourd'hui - sous-traitants inclus - le tiers de l'emploi industriel civil français.

Si la boue actuelle échoue à recouvrir totalement la campagne et à la neutraliser jusqu'au vote, il y a fort à parier que l'élection ne se fera pas (ou peu) sur des enjeux économiques directs

Ce ne sont que deux exemples parmi bien d'autres, mais ne nous y trompons pas: avec un Emmanuel Macron au pouvoir, c'est une idéologie globalisée qui risque de triompher définitivement. La France finira par devenir elle aussi « une forme vide », un village Potemkine-musée pour touristes aventureux et pour des Français que l'on gavera de blabla sur le « patriotisme économique » tout en défaisant tout ce qui a construit et manifeste encore notre puissance et notre influence. La pâte à modeler des populations et des territoires se substituera alors définitivement aux socles résilients du peuple et de la nation. « C'est le progrès, c'est l'avenir ! Ayez confiance ! » nous dira le jeune président.

Si la boue actuelle échoue à recouvrir totalement la campagne et à la neutraliser jusqu'au vote, il y a fort à parier que l'élection de notre prochain président ne se fera pas (ou peu) sur des enjeux économiques directs (chômage, croissance, impôts). Les électeurs croient de moins en moins aux promesses politiciennes, dans un sens comme dans l'autre d'ailleurs. Qu'on leur promette de l'argent sans effort ou des réformes sérieuses, ils semblent avoir une foi limitée dans la capacité de leurs représentants à agir en conséquence, ou dans celle d'un président à tenir avec autorité les remuants attelages gouvernementaux. Le choix sera vraiment celui d'une stature présidentielle, d'un homme capable de tenir bon sur des enjeux culturels et régaliens. Le premier d'entre eux, n'en déplaise aux prophètes enfiévrés du multiculturalisme hors sol, c'est celui de l'identité culturelle actuelle et souhaitable de la France, relevant de ce que l'on pourrait appeler le socle charnel, immatériel mais bien concret, de la Nation, ce qui fait que l'on « fait corps » collectif viable, et que l'on peut persister dans l'être et se différencier comme ensemble historique, culturel, politique et social par rapport aux autres acteurs étatiques. Ce sont donc les questions de la cohérence du projet de redressement et de la vision pour notre pays à horizon de 10 ans qui sont premières. Tout le reste en découle. Dans ce cadre, la question de ce que la France doit assumer et conserver de ses racines chrétiennes comme pôle référentiel implicite et structurant de toute notre réalité collective est centrale, et celle de la défense de notre souveraineté, celle enfin de l'indépendance et de notre projection comme État et comme puissance dans le monde sont cardinales. Cela peut paraître stratosphérique à certains mais nos concitoyens eux, font le lien entre l'immédiat et le lointain, entre le local et le global, entre le quotidien et l'horizon. Ils ont besoin de se sentir partie d'un tout plus grand qu'eux et sentent que l'efficacité sociale n'est possible que dans le cadre d'un projet national ambitieux. Peut-être leurs enfants n'auront-ils plus cette exigence et il faut s'en inquiéter, mais le socle actuel tient encore et la perception des menaces diverses est vive. Enfin la question sécuritaire au sens le plus large sera centrale: la place, la solidité, la capacité de défense et de contre-attaque de notre pays n'est pas un sujet réservé aux géostratèges. Cela concerne chacun d'entre nous. Pour l'heure, tout a été démoli avec une ahurissante désinvolture, un dogmatisme et une toute aussi grande morgue. Au terme de ce quinquennat dramatique, nous ne sommes plus écoutés ni attendus, encore moins espérés dans le monde. On nous voit comme des naïfs et des opportunistes. Beau bilan! Tout est donc à rebâtir et c'est impossible sans une idée claire et assumée de ce qui nous constitue, de ce qui doit être préservé et de ce qui fait la singularité française.

Cela ne se passera pas comme ça. Nous avons le choix. Pas seulement entre Charybde et Scylla.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Karl 14/03/2017 23:35

E M n'est que le prolongement du vote républicain par d'autres moyens.