FIGAROVOX - « La décision de Vladimir Poutine humilie la diplomatie française »

Publié le par Caroline Galactéros

FIGAROVOX - « La décision de Vladimir Poutine humilie la diplomatie française »

Voici ma dernière tribune pour le FigaroVox.

FIGAROVOX/TRIBUNE - Vladimir Poutine a annoncé qu'il reportait sa visite à Paris où il devait rencontrer François Hollande. Pour Caroline Galactéros, cette décision n'est que la suite logique d'un amateurisme complet de la France en Syrie et ailleurs dans le monde.

 

Découvrant, mais un peu tard, que la guerre tue, qu'elle est laide, injuste et sans pitié, et surtout que l'on pourrait un jour peut-être, au tribunal de l'Histoire, venir demander à Paris des comptes sur son inaction face au drame - à moins que ce ne soit sur ses actions et ses options politiques-, la France a pris les devants. Accusant avec l'ONU le régime syrien et la Russie de crimes de guerre à Alep, elle a déposé en hâte un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies demandant l'arrêt des combats et des bombardements sur l'est de la ville (dont elle feint de croire qu'il n'est peuplé que de civils innocents qui resteraient là de leur propre gré et que la Russie et le régime pilonneraient par pure cruauté), l'acheminement de l'aide humanitaire et la reprise du processus de négociation.

Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d'Alep-Est ?

Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d'Alep-Est, à un moment où la tension russo-américaine monte dangereusement et peut faire craindre un dérapage militaire sur le terrain que certains, à Washington et à l'OTAN, appellent ouvertement de leurs vœux? S'agit-il d'une nouvelle salve d'irénisme aveugle et de «pensée magique», funeste version 2016 de «Boucle d'or au Pays des trois ours» découvrant une intrusion dans sa maisonnette idyllique? Ou d'une gesticulation habile mais dangereuse qui n'a pour but, en prétendant débloquer la situation, que de jouer les utilités au profit de Washington en fossilisant un peu plus les positions des deux camps qui s'affrontent désormais ouvertement sur le corps exsangue de la nation syrienne? Difficile de démêler la part de négation du réel de celle de l'alignement sur ce que l'on présente comme «le camp du Bien» …et de nos intérêts nationaux, si mal évalués pourtant.

Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l'indignation internationale contre Moscou.

Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l'indignation internationale contre Moscou à défaut de mettre en cohérence leurs objectifs politiques et militaires avec leur prétendue volonté de paix. Mais prendre la tête du chœur des vierges ne suffit pas et ne trompe plus personne. L'évidence crève l'écran. «L'Occident» ne mène pas la guerre contre l'islamisme sunnite ou alors de façon très résiduelle: il le nourrit, le conseille, l'entraine. DAECH, dont la barbarie spectaculaire des modes d'action sert d'épouvantail opportun et de catalyseur de la vindicte occidentale, permet de juger par contraste «respectable» l'avalanche de djihadistes sunnites d'obédience wahhabite ou Frères musulmans qui ne combattent d'ailleurs pas plus que nous l'Etat islamique mais s'acharnent sur le régime syrien. Et l'Amérique comme la France cherchent avec une folle complaisance, dans ce magma ultraviolent, des interlocuteurs susceptibles d'être intronisés comme «légitimes» et capables de remplacer un autocrate indocile qui a le mauvais goût de résister à la marche de l'Histoire version occidentale et à la vague démocratique censée inonder de ses bienfaits un Moyen-Orient politiquement arriéré.

Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, cruels tyrans sans doute, n'ont pu y résister et croyaient encore pouvoir argumenter avec leurs adversaires occidentaux (longtemps leurs alliés) quand leur sort était en fait scellé depuis longtemps. Bachar el Assad a bien failli y passer lui aussi. Mais à notre grand dam, Moscou a vu dans cette nouvelle guerre occidentale de déstabilisation par procuration, une occasion inespérée de sécuriser ses bases militaires, de défier l'Amérique qui la méprisait trop ouvertement, de regagner une influence centrale dans la région et de traiter «à la source» le terrorisme qui menace son territoire et ses marges d'Asie centrale et du Caucase. Et l'a saisie.

La France s'est trompée du tout au tout et démontre qu'elle pratique admirablement le grand écart stratégique... aux dépens toutefois, de nos concitoyens.

Dans ce Grand jeu explosif de reconfiguration de l'équilibre du monde et notamment du nouveau duel cardinal, celui de Washington avec Pékin, la France, je le crains, s'est trompée du tout au tout et démontre à la face du monde mais surtout à l'ennemi - qui observe notre incohérence diplomatique et politique-, qu'elle pratique admirablement le grand écart stratégique... aux dépens toutefois, de nos concitoyens. Comment justifier en effet notre combat au Mali contre les djihadistes sunnites, notre soutien en Irak aux chiites contre les sunnites, et en Syrie notre appui aux groupuscules sunnites les plus extrémistes contre Bachar el Assad...tout en prétendant profiter du marché iranien entre ouvert ….et vendre des armes aux Saoudiens et Qataris sunnites qui sont by the way les financiers du djihadisme mondial dont nous subissons la haine et la violence terroriste sur notre sol désormais à un rythme soutenu? C'est de l'opportunisme à très courte vue, mais plus encore un hiatus stratégique béant et la manifestation d'une totale incompréhension du réel.

De telles contradictions ne peuvent s'expliquer que par notre entêtement à vouloir en finir avec le régime syrien dont nul n'imaginait qu'il résisterait si longtemps.

De telles contradictions ne peuvent s'expliquer que par notre entêtement à vouloir en finir avec le régime syrien actuel dont nul n'imaginait qu'il résisterait si longtemps aux feux croisés de l'Amérique et de ses alliés sunnites. L'exigence américaine - reprise à son compte par Paris - d'une cessation des bombardements aériens sur Alep-Est «pour raisons humanitaires» aurait permis en fait de laisser les islamistes de la ville (soit rien moins qu'Al Nosra et consorts) se refaire une santé militaire en se servant des civils comme de boucliers humains, de poursuivre leurs tirs d'obus sur la partie ouest de la ville et d'empêcher Damas et Moscou de faire basculer décisivement le rapport de force militaire en faveur de l'Etat syrien dans le cadre d'une négociation ultime. Qui a d'ailleurs fait échouer le cessez le feu signé le 9 septembre dernier à Genève? Les groupes terroristes qui n'en voulaient pas et les Etats-Unis qui ont bombardé les forces syriennes à Deir el Zor et ouvert la voie aux forces de l'Etat Islamique. Encore un accord de dupes.

L‘action stratégique ne peut prendre en compte que des mouvements et des processus, quand toute l'attention médiatique et politicienne se concentre sur la souffrance et le sort des personnes.

Temps court versus temps long, individu versus groupe, froideur politique versus empathie médiatique (sélective): on se refuse à voir, dans nos démocraties molles, que la véritable action stratégique, pour être efficace, ne peut prendre en compte que des nombres, des masses, des ensembles, des mouvements, des processus, quand toute l'attention médiatique et la gestion politicienne des crises, elles, veulent faire croire que l'individu est central et se concentrent sur la souffrance et le sort des personnes, alors que celles-ci sont depuis toujours et sans doute pour encore longtemps sacrifiées à la confrontation globale et brutale entre Etats. Les images terrifiantes de la guerre au quotidien masquent la réalité d'un affrontement sans scrupules de part et d'autre, dont en l'espèce les malheureux Syriens ne sont même plus les enjeux mais de simples otages.

Si Assad, « bourreau de son propre peuple » selon l'expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte-on le remplacer ?

L'impensé du discours français n'en reste pas moins le suivant: si Assad, «bourreau de son propre peuple» selon l'expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte -on le remplacer? A qui sera livrée la Syrie, «utile» ou pas, une fois que DAECH en aura été progressivement «exfiltré» vers d'autres macabres «territoires de jeu», en Libye par exemple? Quelle alternative pour la survie des communautés, notamment chrétiennes, encore présentes dans le pays qui passe par la survie des structures laïques d'Etat? Quels individus veut-on mettre au pouvoir? Les pseudo «modérés» qui encombrent les couloirs des négociations en trompe l'œil de Genève? Le Front al Nosra, sous son nouveau petit nom - Fateh al Sham -, que les Américains persistent à soutenir en dépit des objurgations russes et qui a fait exploser le cessez-le feu? Ou peut-être certains groupuscules désormais armés de missiles américains TOW qui n'attendent qu'un «go» pour tenter de dézinguer un avion ou un hélico russe, «par erreur» naturellement? Ou encore les représentants des Forces démocratiques syriennes, ou ceux de «l'Armée de la Conquête» qui renait opportunément de ses cendres… Ou un mixte de tous ces rebelles - apprentis démocrates férus de liberté et qui libèreront enfin le peuple syrien du sanglant dictateur qui le broyait sous sa férule depuis trop longtemps?

« Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ? je ne vois que l'herbe qui verdoie et la terre qui poudroie »

Croit-on sérieusement que l'on pourra contrôler une seule minute ces nouveaux «patrons» du pays qui se financent dans le Golfe -dont nous sommes devenus les obligés silencieux-, et dont l'agenda politique et religieux est aux antipodes de la plus petite de nos exigences «démocratiques»? Ne comprend-on pas qu'ils vont mettre le pays en coupe réglée, en finiront dans le sang avec toutes les minorités, placeront les populations sunnites sous leur contrôle terrifiant, et que tout processus électoral sera une mascarade et ne fera qu'entériner une domination communautaire et confessionnelle sans appel? … «Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir? je ne vois que l'herbe qui verdoie et la terre qui poudroie» … Quelle naïveté, quelle ignorance, quelle indifférence en fait!

 

Publicité

 

Publicite, fin dans 15 s

Passer dans 15 s

 

 

L'interview accordée le 5 octobre dernier par notre ministre des Affaires étrangères à la veille de son départ pour Moscou à Yves Calvi sur LCI est à cet égard, un morceau de bravoure édifiant, qui escamote la réalité et brosse un paysage surréaliste du conflit et de ce qu'il faudrait y comprendre et en attendre.

Florilège et exégèse….

« La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes » - Jean-Marc Ayrault

Est-ce à dire qu'il faut les laisser faire, leur donner les clefs du pays et prier peut-être, pour qu'ils ne massacrent pas les minorités qui y demeurent encore et instaurent la démocratie? Faut-il ne plus agir en espérant qu'ils vont s'arrêter? De qui se moque-t-on? Adieu Boucle d'Or. Nous sommes au Pays des rêves bleus de Oui-Oui…

Les Russes, qui se disent satisfaits de l'efficacité de leurs frappes contre les terroristes d'Alep-Est «sont cyniques» … Qui est cynique ici? Celui qui déforme la réalité d'un affrontement pour ne pas avouer qu'il est (avec d'autres) à la manœuvre d'une déstabilisation d'Etat par des groupuscules terroristes liés à Al-Qaïda (matrice de Daech) sous couvert d'aspiration à la démocratie? Ou ceux qui cherchent à réduire l'emprise djihadiste et à renforcer des structures d'Etat laïques avec ou sans Bachar?

« La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision. » - Jean-Marc Ayrault

Ah?! Laquelle? Nous avons depuis 5 ans une politique étrangère à contre-emploi et à contre temps, réduite à deux volets: action humanitaire et diplomatie économique. En gros vendre des armes à tout prix aux pays sunnites, les aider à faire la guerre et à s'emparer du pouvoir à Damas… et porter des couvertures aux victimes de cet activisme économico-militaire: les Syriens.

En dépit de l'excellence de nos forces armées, de la présence du Charles de Gaulle sur zone et de nos missions aériennes soutenues, Paris n'est diplomatiquement et stratégiquement plus nulle part en Syrie, et depuis longtemps. Par dogmatisme, par moralisme, par notre parti pris immodéré pour les puissances sunnites de la région, nous nous sommes engouffrés dans un alignement crédule sur la politique américaine qui s'est en plus retourné contre nous dès l'été 2013, lorsque Barack Obama a dû renoncer à frapper directement Damas au prétexte d'un usage d'armes chimiques qui n'a d'ailleurs jamais été confirmé. Un camouflet d'autant plus lourd à porter que notre ancien ministre des affaires étrangères avait jugé bon, dès août 2012, de dire que «Bachar el Assad ne méritait pas d'être sur terre» et, en décembre 2012, «qu'Al Nosra faisait du bon boulot». L'Etat Français a d'ailleurs été poursuivi - en vain à ce jour -pour ces déclarations ministérielles qui ont de facto encouragé le prosélytisme islamiste et le terrorisme en présentant le départ pour la Syrie à des apprentis djihadistes français comme une œuvre politique salutaire, avec les résultats que l'on connait sur le territoire national. N'en déplaise à Monsieur Ayrault, la France n'est ni écoutée, ni considérée, ni attendue sur le dossier syrien. Elle en est réduite à servir de go between entre Washington et Moscou lorsque ceux-ci ne peuvent plus se parler et qu'il faut faire semblant, une fois encore, de rechercher un compromis et d'amener Moscou à lever le pied d'une implication trop efficace à notre goût.

« Si le choix est entre Bachar et DAECH, il n'y a pas de choix. » - Jean-Marc Ayrault

Mais c'est pourtant le cas, ne nous en déplaise. Nous combattons l'Etat islamique pour la galerie, sans grande conviction ni détermination politique, de très haut, par des frappes qui sans présence terrestre demeurent symboliques. Pour Moscou, au contraire, il n'existe pas «d'islamistes modérés» ; combattre le terrorisme revient à combattre l'EI mais aussi ses avatars locaux innombrables à tout prix, y compris au prix de pertes civiles importantes. Et c'est aujourd'hui la Russie qui, dans les airs mais aussi au sol, avec l'Iran et le régime syrien, «fait la guerre», se bat contre le terrorisme islamiste qui menace tout l'Occident, gangrène nos vieilles sociétés repues et pacifiques et nous prend pour cible. Ils «font le job». Un horrible job. Dans l'immédiat, il faut choisir entre le soutien à l'Etat syrien - que le régime d'Assad incarne-, et DAECH et Cie.

Voici décrite…la Syrie d'avant la guerre ! Ce terrifiant carnage n'aurait-il donc été qu'un coup d'épée dans l'eau ?

Le sommet est atteint à la fin de l'intervention ministérielle, lorsque l'on apprend que «la Syrie future devra être unitaire, avoir des structures étatiques stables, être protectrice de toutes ses minorités, mettre en place des institutions solides, contrôler son armée et ses Services…» (sic)! Les bras nous en tombent. Voici décrite…la Syrie d'avant la guerre! Ce terrifiant carnage n'aurait-il donc été qu'un coup d'épée dans l'eau?

François Hollandes'interroge publiquement dans une émission de divertissement, devant l'animateur Yann Barthes sur TMC, de l'opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris.

Mais le pire était à venir. Ce matin, nous avons franchi un nouveau seuil dans le ridicule et le suicide politique. Au moment où il est d'une extrême urgence de se parler enfin à cœur ouvert, de dire la vérité, d'abandonner les poses et les anathèmes, de ne plus se tromper d'ennemi, de faire front commun - comme l'ont proposé les Russes depuis des lustres -, contre l'islamisme qui a décidé notre perte et s'esclaffe de notre ahurissante naïveté et de notre faiblesse, le président de la République française s'interroge publiquement, de bon matin, dans une émission de divertissement, devant l'animateur Yann Barthes sur TMC, sur l'opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris le 19 octobre prochain! «P'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non …» La réponse de Moscou à cette insulte ne s'est pas fait attendre: le Président russe ne viendra pas. Nous sommes au fond du fond du fond de l'impuissance politique et l'on se laisse couler, saisis par l'ivresse des profondeurs en croyant surnager.

Hauteur de vue et profondeur de champ, véritable souci pour la souffrance humaine: la realpolitik est la solution, pas le mal. La confusion permanente entre l'Etat syrien et le régime syrien nourrit la guerre. C'est l'Etat qu'il faut aider à survivre à l'offensive islamiste au lieu d'encourager les mouvements terroristes à le déstructurer. Le sort de Bachar el Assad est à la fois central et accessoire. Si l'Etat syrien devait tomber sous la coupe de DAECH ou sous celle d'Al Nosra et de ses avatars, alors ce seront les massacres communautaires et le chaos. Qui aura alors des comptes à rendre pour les avoir laissé advenir?

Commenter cet article

Caton l'Ancien 29/10/2016 08:23

Si vous me permettez, reprenons les choses dans l’ordre et faisons factuel…

- Nous avons un Chapitre VII de la charte des Nations Unies que tout le monde connait et bafoue allégrement dans ses modalités d’applications,
- Une diplomatie française dont on constate la valeur à la qualité de ses actions guidées par des profils de cabinets ministériels en deçà des seuils de compétence requis,
- Une montée en puissance à l’échelle planétaire de l’islamisation de certains états qui, en prévision d’un tarissement des ressources pétrolières, investissent massivement dans l’immobilier religieux,
- Un Etat qui rompt ses engagements commerciaux au mépris du droit international,
- Une superpuissance qui revendique un droit à l’établissement de moyens militaires déportés dans une zone géographique dont on veut l’exclure,
- Un complexe militaro industriel qui, pour garantir la continuité de sa production et des revenus qui en découlent, a besoin de conflits suffisamment actifs pour écouler cette production et en maintenir les flux,
- Une absence totale d’éthique confirmée dans une guerre asymétrique, dès lors que les dégâts collatéraux sont inscrits dans les projections de consommations et renouvellement des stocks mis en vente (adaptation des moyens au volume des cibles choisies),
- Une réelle méconnaissance des profils des principaux intervenants du dossier. Une réelle déception pour les pratiquants du Kriegspiel et du jeu d’échecs.

Ni froid ni cynique, simplement factuel. Pour qu’il y ait humiliation il faut une fierté, une dignité à défendre et à préserver. Je ne parle pas de mots, mais d’images par l’action et la reconnaissance internationale. De tous temps, guerre ou paix, il n’est jamais bon d’ignorer son ennemi ou de le mépriser, ce en quoi nous excellons.
Rassurons-nous, le Charles de Gaulle part 18 mois en arrêt technique. La France va souffler un peu…
Restons réal politik : nous avons toujours eu plus de moyens que nous n’avions d’ambitions. La tendance s’inverse enfin… lol
N’oublions pas que toutes nos plus grandes victoires sont les guerres que nous n’avons pas menées.
Semper-Fi.
PS : une dernière question peut-être : qui a fourni les armes chimiques en Irak et en Syrie ? et une pensée toute particulière pour M.A.A.J ancien chef de la nation Kurde qui tirait la sonnette d'alarme depuis 1997 et que la France a ignoré...

alpaco 21/10/2016 09:52

La verite c'est que la diplomatie francaise disparait avec la France, Pierrot. Et Bachar avec Poutine ne sont pour rien. Allah-akbar !

Stefan de Géa 19/10/2016 14:46

Chère Madame,
Merci pour votre article. Il est rare de voir des analyses de ce calibre publiées dans les médias mainstream. Les effets de la propagande atlantiste sur les cerveaux français sont bien visibles dans les commentaires antérieurs. J'essaie moi aussi, sur mon blog, de redonner vie à la pensée collective critique sur la guerre au moyen orient dans l'article suivant https://cosmagora.wordpress.com/2016/10/17/la-france-et-sa-mascarade-a-lonu-cest-niet-pour-la-russie/
Cordiales salutations.

Pierre 20/10/2016 17:05

il n'y a pas de "propagande atlantiste" qui agis sur nos cerveaux... seulement la réalité que vivent les syriens..

Par contre votre cerveau est bien atteint par la propagande conspirationniste-fasciste poutinienne... Mais vous deviez avoir de grosses prédispositions pour ça...

Ça devient lassant quand même les phrases "médias mainstream" "propagande atlantiste"... Vous devriez innover un peu qd même. Enfin, bientot vous aurez disparu avec Poutine, Bachar, Trump etc dans les poubelles de l'histoire.... car quand les syriens seront libéré, ils traqueront tout les complices du dictateur...

Jerome Gerardin 16/10/2016 11:37

Chere Madame Galacteros,

Je n’avais pas eu l’occasion de vous envoyer de reponse depuis ma derniere contribution a votre excellent article sur le Péril jaune en Mer de Chine Méridionale. Je profite donc de votre nouveau “coup de gueule” contre la diplomatie francaise pour reagir, et vous apporter mon soutien.

Tout d’abord, je souscris a 100% au point de vue expose dans votre article. Inutile donc de paraphraser vos propos pour repeter les memes arguments. La guerre en Syrie est un jeu de dupes, l’action de la France y est erratique, et la gestion des relations avec Moscou est catastrophique. Sur ce dernier point, nous venons de franchir encore un palier dans le processus de liquefaction de l’action politique.

En partant donc de vos conclusions, je voudrais juste exprimer quelques reflexions que m’inspire ce constat pour elargir l’analyse.

Un jeu de dupes: on sait bien que depuis toujours, les vrais enjeux diplomatiques doivent se lire entre les lignes. Tout en evitant absolument de tomber dans le moindre delire conspirationiste, il faut se mefier des apparences, relativiser fotement ce qui est visible et s’attacher a apercevoir “le dessous des cartes”. Cela ne vaut pas tellement a l’heure actuelle pour la France qui, etant quasiment hors-jeu comme vous l’avez demontre, n’a pas vraiment de cartes en main. Je pense en revanche aux Etats-Unis, a la Russie, et aux principaux acteurs au Proche et Moyen Orient. Les Etats-Unis jouent a mon avis un jeu dangereux: depuis la crise ukrainienne, en prenant pretexte de l’affaire de la Crimee, ils ont reactive, comme un vieux reflexe, la Guerre Froide contre la Russie. Et, comme a la belle epoque, ils entrainent le reste du monde dans leur megalomanie. Pour l’instant, on s’en tient encore aux sabotages de negotiations, sanctions economiques, et autres humilations. Mais la propagande anti-Russe bat son plein. Ce n’est pas bon signe. Il est etrange et ironique que ce soient les Democrates – Hillary puis John Kerry – qui sont a l’origine de cette resurgence de la Guerre Froide.

A cet egard, le recent debat presidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump etait revelateur. Au milieu d’un debat d’une pauvrete affligeante (comme d’habitude), Hillary a certes montre des qualities infiniment superieures au candidat Republicain (pas difficile), mais elle a curieusement mentionne a plusieurs reprises la Russie, sous-entendant “entre les lignes” que les Russes seraient responsables de tous les maux. Les Democrates suspectent de plus en plus officellement Trump d’etre la marionette de Poutine dans cette election. Ce qui est d’ailleurs possible, du moins en partie. Mais on sent bien chez Hillary une certaine obsession anti-Russe et cette diabolisation est assez inquietante.

Je deteste Donald Trump. Il est pour moi un clown navrant de betise, d’ignorance et de vanite, un raciste, mysogine, un personage repugnant, le prototype de l’arrogance et de l’indecence, et j’en passe. Et pourtant, un effort d’honnetete intellectuelle (comme vous le savez chere Caroline, c’est ma specialite), m’oblige a admettre qu’il met parfois le doigt sur certaines questions genantes. (Ce qui est, soit dit en passant, le propre des extremistes incapables d’elaborer une pensee structuree, mais capables d’un certain bon sens instinctif et mettent les pieds dans le plat. Suivez mon regards…). Hillary donne donc des conferences privees cherement remunerees aupres des grandes banques, pourquoi pas. Le contenu de ces conferences et confidentiel, d’accord. Il paraitrait qu’elle y declare des choses bien differentes de ses positions politiques officielles. Tiens donc? Ou est alors le curseur?

La politique americaine est gangrenee par l’infuence de l’argent a travers les lobbies qui financent sans limites les campagnes electorales, ont un bureau dans chaque administration, et tiennent de fait chaque member du Congres par le portefeuille. On pense bien sur au lobby des armes, mais ce n’est que le plus visible et le plus connu.

Revenons a la crise Syrienne et aux relations avec Moscou. Le dessous des cartes? Certainement des considerations d’influence pour preserver la position dominante des Etats-Unis et refuser un monde multi-polaire, ou la Russie, et surtout la Chine, pourraient constituer des contrepoids a l’hegemonie americaine. Au bout du compte, il s’agit d’assurer les interets quasi-imperialistes des lobbies industriels americains dans le monde (Energie, finance, culture, agro-alimentaire, Internet, ect…). Et bien entendu, cela doit se faire aux frais des autres pays, comme d’habitude.

Avant d’aller plus loin, je precise qu’il n’est pas question ici d’anti-americanisme, ni de prendre la defense de Bachar El Assad, ni celle de Poutine, et encore moins celle de Donald Trump. Bien au contraire, tous ces personnages sont dans leur genre tres critiquables. Mais il s’agit de regarder les choses en face et de refuser les caricatures. Comment peut-on mettre sur le meme plan Bachar et l’Etat Islamique! A mon avis, c’est (tres) betement la consequence de la mauvaise lecture des evenements du “Printemps Arabe” et ses consequences, ou la France en particulier a reagit completement a contre-temps, a commencer par la Tunisie (ou MAM avait offert son aide a Ben Ali au debut des evenements), puis en Egypte, en Libye, et donc finalement, en Syrie. Affligeant.

Quant a la France en 2016, elle s’enfonce. Que pouvait-on esperer de Jean-Marc Ayrault, a part faire la meme chose qu’auparavant en tant que Premier Ministre: rien. Ce neant succede a Laurent Fabius, qui etait lui-meme Premier Ministre a l’epoque du Rainbow Warrior, ce sommet dans l’histoire de l'action francaise a l'etranger; Fabius a ete parait-il un brilliant representant du Quai d’Orsay pour ce qui est de la diplomatie economique, mais sa doctrine en matiere de relations internationales etait tout a fait en phase avec le reste de l’ideologie de deni et de lachete propre a ce gouvernement.

Le plus inquietant est que les lecons de l’Histoire semblent oubliees. Apres chaque catastrophe, les peoples repetent a l’unisson “Plus jamais ca!”. Vous, moi, et quelques autres, pouvons toujours nous indigner devant l’inconsequence des gouvernants. Mais aujourd’hui l’interet individual, le slogan, la facilite, gagnent trop facilement face a la raison et la connaissance. Face a l’heritage de Talleyrand, de Gaulle, et meme Chirac / Villepin, comment peut-on faire preuve d’autant d’irresponsabilite?

De quoi tout ceci est-il le signe? Est-ce que ce sont simplement des peripeties de l’Histoire? Les peuples, le gouvernements, les Hommes Politiques vont-ils se ressaisir? Ou au contraire assiste-t-on a un phenomene de fond, qui emporte avec lui les valeurs humaines qui ont constitue le socle du progres des civilations, pour laisser la place a toujours plus d’individualisme, de lachete, d’ignorance, de cynisme, et de cupidite?

alpaco 13/10/2016 17:12

Sujet de l’epreuve : “Comment faire manger la moutarde un chat ?”

Diplomate Américain : It’s easy, doc !
On prend le chat, on l’etouffe un peu pour eviter sa resistance après quoi on invite des marines US pour y mettre des kilos la moutarde dans la gorge du chat a l’aide d’une pompe.
Resultat : Le chat est mort mais on s’en foute car la moutarde et dans le chat.

Diplomate Francais : Tout doit etre gentil !
On organise une conference international du plus haut niveau avec des receptions et des communiqués de presse. Dans le cadre de la réunion on prepare un saucisson dur et on le garnit de la moutarde de Dijon (invention du genie francais et pas trop forte comme moutarde) a l’interieur avec une seringue. Apres quoi tous les délégués tiennent le chat et on pousse le saucisson de toutes ces forces dans l’estomat du chat.
Resultat : Le chat va probablement mourir mais on s’en foute car s’etait bien organisée, tous etaient gentils et il y avais un magnifique buffet. En plus on a toutes les raisons d’organiser des funérailles de luxe avec une conference de presse a la fin.

Diplomate Russe : Le chat doit faire ca lui-même !
On beurre un peu de moutarde sur l’anus du chat.
Resultat : Le chat léche la moutarde lui-meme et fesant du miaou de douleur. Et alors?!
Peu esthétique mais le chat reste quand meme vivant.