Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BOUGER LES LIGNES - C. Galactéros

L’Antonov An-225 ‘Mriya’ ou le 'Rêve' impérial de la Chine

18 Septembre 2016 , Rédigé par Caroline Galactéros Publié dans #Industrie de Défense, #Chine, #Signaux faibles

L'Antonov An-225 Mriya (rêve en ukrainien)

L'Antonov An-225 Mriya (rêve en ukrainien)

En 1989, l'An-225 était au salon du Bourget chargé de la navette spatiale Bourane.

Le 30 août 2016, un accord a été annoncé entre le constructeur aéronautique ukrainien Antonov et le Chinois “Aviation Industry Corp. of China” (AVIC).

Rien d’étonnant à ce que la Chine s’intéresse aux industries ukrainiennes, en déshérence complète, mais qui ont parfois gardé certains trésors technologiques remontant à l’Union soviétique. On sait ainsi que Pékin a discrètement acheté à l’Ukraine les plans du second porte-avions soviétique, l’Oulianovsk, que l’URSS aurait dû construire dans les annés 1990. L’Ukraine a également vendu en 2009 des overcrafts (aéroglisseurs) militaires ‘Zubr’ à Pékin, les plus grands du monde, au grand dam de Moscou qui considérait qu’il s’agissait d’un bateau russe et non ukrainien. Aujourd’hui, la Chine construit ses propres ‘Zubr’ et n’a plus besoin d’en acheter à l’Ukraine.

Le 30 août 2016, la Chine a donc acheté le plus grand avion du monde, l’Antonov An-225 ‘Mriya’ (le ‘rêve’ en français), avion cargo géant qui fit son premier vol en décembre 1988. Il n’a été construit qu’à un seul exemplaire, le second n’ayant jamais été terminé. Il est donc prévu que l’Ukraine terminera localement le second exemplaire de l’An-225 d’ici 2021, mais que la suite de la production se fera à partir de 2019 directement … en Chine.

On peut juger cet événement anecdotique, certes, mais il est aussi symbolique d’une certaine vision impériale de la Chine. Le Mriya était à l’époque le signe de la grandeur, certes déclinante, mais de la grandeur tout de même de l’URSS. Il incarne aujourd’hui la montée en puissance de Pékin qui n’a pas les moyens technologiques de concevoir un tel avion, mais qui fixe ainsi ses objectifs à atteindre.Il sera d'ailleurs intéressant d'observer la manière dont la Chine parviendra à prendre le relais de l'Ukraine pour la construction des prochains appareils...

L’An-225 fait 84 mètres de long, et 88 mètres d’envergure (contre respectivement 72 mètres et 79 mètres pour l’Airbus A380). Il peut emporter 250 tonnes de fret et atteindre une masse maximale au décollage de 640 tonnes (contre 575 tonnes pour l’Airbus A380). Certaines particularités sont étonnantes : ils possèdent 6 réacteurs, 32 roues, deux trains avant et le fret est chargé depuis le nez de l’appareil qui peut se soulever. Avec une vitesse de croisière de 800 km/h, il peut franchir jusqu’à 14 000 kilomètres (15 400 km pour l’A380).

Quand il fut construit, l’An-225 avait certes des capacités militaires évidentes comme avion-cargo, mais avait d’abord été conçu pour transporter la navette spatiale russe Bourane et mener les différents éléments de la fusée depuis le centre de la Russie vers le site d’assemblage de Baïkonour. En 1989, au Salon du Bourget, il vira à 45° avec la navette spatiale Bourane de 62 tonnes fixée sur son fuselage. D’après l’ingénieur et testeur Anatoli Boulanenko, le Mriya se pilote comme un avion de chasse...

Reste à savoir ce qu’en feront les Chinois. Il s’agira probablement d’abord pour eux de l’utiliser comme avion-cargo géant, utile dans des situations tant civiles que militaires.

Ainsi, en juillet 2007, alors que la Martinique avait été touchée par l’ouragan Dean, la France a affrété un An-124 Ruslan et l’unique An-225 Mriya pour ravitailler en matériel de reconstruction et de réparation l’île dévastée. La France ne disposait pas d’avions équivalents (la charge utile de l’An-225 équivaut à dix fois celle du C-160 Transall utilisé par les armées française et allemande). La piste de l’aéroport étaient jugée trop courte pour ces deux géants, mais les pilotes ont réussi à poser sans encombre les deux Antonov. Ainsi, la Chine pourrait s'en servir comme avion-cargo civil que ce soit dans un cadre humanitaire ou d'ailleurs aussi commercial (le seul An-225 existant est loué comme avion-cargo par la société ukrainienne Antonov Airlines).

Inversement, dans un cadre militaire, la Russie utilise ses An-124 en Syrie pour assurer le ravitaillement de son opération extérieure. L’An-124 est l’avion cargo à partir duquel a été conçu l’An-225. S’il est légèrement plus petit, il reste le troisième avion le plus grand au monde après son grand frère et l’Airbus A380. Avec 70 mètres de long et 73 mètres d’envergure, il peut transporter une charge utile de 150 tonnes, ce qui est déjà considérable. L’Armée de l’air russe possède 24 de ces appareils, mais seulement 10 en état de vol. Il est question que la Russie remette à niveau l’ensemble de cette flotte, mais seule, en raison de la rupture de coopération avec Kiev. Les An-124 qui se posent sur la base russe de Lattaquié sont pour beaucoup dans le succès logistique de l’opération russe en Syrie : le 16 avril 2016, l’Armée russe révélait ainsi que ses An-124 avaient transporté quelques 10 000 tonnes de fret en Syrie, dont les fameux systèmes anti-aériens S-400 qui quadrillent l’ensemble du ciel syrien (et même bien au-delà, nous en avions déjà parlé ici...) ou encore des hélicoptères d'assaut Mi-24, Mi-35M et des hélicoptères polyvalents Mi-8AMTCh. Si la Chine se dote d’une véritable flotte d’avions-cargo géants An-225, elle sera ainsi capable de mener des opérations extérieures par le biais des airs (par la mer, la Chine développe, ne l’oublions pas, une flotte amphibie considérable).

L’An-225 est un symbole, d’abord parce que l’avion le plus grand au monde sera chinois, ensuite parce qu’il augmentera considérablement les capacités de projection tant civiles que militaires de la Chine. Qui sait, l’An-225 sera peut-être la voie d’accès par les airs de la nouvelle route de la Soie, dont nous disions justement dans l’un de nos dossiers de fond que ce projet était destiné à devenir le plus grand empire commercial de l’histoire (et il n’y a pas d’empire commercial sans empire militaire).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article