Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BOUGER LES LIGNES - C. Galactéros

Libye : la reconquête de Syrte ou le trompe l’oeil d’une possible victoire

21 Juin 2016 , Rédigé par Caroline Galactéros Publié dans #Libye, #Moyen-Orient, #Géopolitique, #Signaux faibles

Situation en juin 2016 : en vert les forces du gouvernement d'Unité nationale ; en rouge la Nouvelle Armée Libyenne soutenue par le gouvernement de Tobruk ; en noir les djihadistes de Daesh ; en jaune les Touaregs.

Situation en juin 2016 : en vert les forces du gouvernement d'Unité nationale ; en rouge la Nouvelle Armée Libyenne soutenue par le gouvernement de Tobruk ; en noir les djihadistes de Daesh ; en jaune les Touaregs.

Le nouveau gouvernement d’Union nationale en Libye paraît susceptible de permettre la reprise de Syrte à l’Etat islamique qui porterait à ce dernier un indéniable coup. Mais crier victoire semble plus que prématuré tant la question libyenne est complexe, plus complexe encore que celles de Syrie ou d’Irak du fait de la faiblesse historique de l’Etat central dans ce pays et du poids dirimant qu’y tiennent les tribus locales.

Muhammar Khadafi avait réussi la prouesse de répartir équitablement la manne pétrolière entre ces tribus, tout en la redistribuant en infrastructures et biens publics de sorte à garantir la paix sociale. Cet équilibre fragile, solidifié par un nationalisme arabe mâtiné d’islamisme et par un Etat dictatorial légitimé par un “livre vert” révolutionnaire et socialisant, a volé en éclats en 2011 avec l’intervention occidentale qui, en faisant tomber le régime du Colonel, a outrepassé la résolution n°1973 du conseil de sécurité de l’ONU destinée à prévenir des massacres à Benghazi.

Depuis, la Libye se retrouve scindée entre ses trois grandes composantes historiques que sont la Tripolitaine à l’Ouest, la Cyrénaïque à l’Est et le Fezzan au Sud. De 2014 jusqu’à il y a quelques mois, deux gouvernements s’affrontaient. L’un, islamiste, en Tripolitaine, l’autre plus proche du nationalisme arabe en Cyrénaïque. Mais devant la montée de l’Etat islamique et les conséquences migratoires de la dislocation libyenne, les Occidentaux ont encouragé la mise en place d’un gouvernement d’Union nationale, formé en janvier dernier et installé à Tripoli en mars. En laissant une certaine place aux islamistes de Tripolitaine, ce gouvernement d’Union nationale n’a pas encore su gagner une légitimité suffisante pour recevoir le soutien de l’ensemble du parlement de Cyrénaïque. Une victoire décisive contre Daech serait un élément clé lui donnant l’autorité suffisante pour restaurer l’intégrité de la Libye unitaire. Mais la lutte actuelle est forte entre tous ceux qui, en Tripolitaine comme en Cyrénaïque prétendent au premier rôle unificateur autrefois joué par le Colonel Khadafi lorsque le royaume de Libye, instauré après la colonisation italienne, vint à vaciller. L’heureux élu n’est pas encore connu ...

Face à la complexité libyenne, je vous propose un retour aux événements de ces dernières années sous la forme d’une chronologie succincte qui commence après la première guerre civile et la chute du régime de Khadafi. Le Conseil National de Transition, né en 2011, organise en 2012 des élections destinées à élire une assemblée chargée de rédiger une nouvelle constitution ...

2014-2015 : implosion de la Libye unitaire et mise en place des deux gouvernements de l’Ouest (Tripolitaine) et de l’Est (Cyrénaïque)

  • 2012 : un Parlement est élu à Tripoli, dominé par les libéraux. C’est le Congrès général national. Après de nouvelles élections en 2013, il est présidé par Nouri Bousahmein : si ce dernier est officiellement inscrit comme « indépendant », il est en réalité islamiste et soutenu par les Frères musulmans. Il siège à Tripoli. Ce Parlement prend la succession du Conseil national de transition.

  • 25 juin 2014 : de nouvelles élections ont lieu. Le nouveau parlement prend le nom de Chambre des représentants et est immédiatement reconnu par la Communauté internationale. Les islamistes sont battus par les libéraux, mais les premiers, défaits, ne reconnaissent pas le résultat des élections et décident que l’ancien Parlement continuera d’exercer ses fonctions. La majeure partie des députés libéraux ayant rejoint la nouvelle Chambre des représentants, l’ancien Parlement (le Congrès général national) continue d’exister et passe définitivement sous la houlette des Frères musulmans de Libye, le Parti pour la Justice et la Construction. L’homme fort de ce parti est toujours l’islamiste Nouri Bousahmein qui, grâce aux milices locales, parvient à prendre le contrôle de la ville de Tripoli et bientôt de l’ensemble de la Tripolitaine. Le gouvernement de Nouri Bousahmein est soutenu par la Turquie, le Qatar et le Soudan.
  • La nouvelle Chambre des représentants, présidée par Aguila Salah Issa s’installe dès lors à Tobrouk en Cyrénaïque. Ce gouvernement est donc soutenu par les Occidentaux, mais aussi par l’Egypte, la Russie et les Emirats Arabes Unis. Sur le terrain militaire, il s’appuie sur la Nouvelle Armée Libyenne, commandée depuis mars 2015 par le général Khalifa Haftar, ancien officier de Muhammar Kadhafi, passé du côté américain dans les années 1980, membre du Conseil National de Transition en 2011 et détesté des islamistes. Il se bat notamment à Benghazi contre les différentes brigades djihadistes.
  • La Libye est alors bel et bien scindée en deux entre la Tripolitaine à l’Ouest et la Cyrénaïque à l’Est. Le Sud désertique est quant à lui le jeu de différends entre les tribus touaregs et représente un précieux passage pour les djihadistes vers l’immense région voisine du Sahel.

De 2014 à aujourd’hui : la percée de l’Etat islamique

Depuis avril 2014, profitant de l’implosion totale de l’Etat unitaire libyen en proie aux rivalités entre les différentes tribus locales, l’Etat islamique prospère au milieu du pays, notamment dans la région de Syrte. Il a tenté de s’installer à Derna, mais s’en est fait déloger en juin 2015 … par un autre groupe djihadiste, proche d’Al-Qaïda. L’Etat islamique compterait entre 2 000 à 3 000 hommes en Libye. C’est peu dans l’absolu, mais au-delà de sa structure propre, c’est tout un ensemble de groupes djihadistes qui fleurissent en Libye, notamment le groupe Ansar al-Charia lié à Al-Qaïda et contre lequel se battent notamment les troupes du général Haftar, toujours soutenu par le Parlement de Tobrouk.

Depuis 2015 : vers la constitution d’un gouvernement d’Union nationale

  • Assez logiquement, l’Algérie tend à soutenir le gouvernement de Tripolitaine, non par proximité idéologique avec les Frères musulmans, mais davantage pour pouvoir tenir sa frontière de l’Est. L’Egypte soutient elle la Cyrénaïque pour la même raison. Le président égyptien apprécie le nationalisme arabe et la relative laïcité du général Haftar, ce dernier se rêvant d’ailleurs un destin similaire à celui du Maréchal Abdel Fattah Al-Sissi.

  • Mais face au risque de Daech, l’ONU et les Occidentaux font pression sur les deux gouvernements pour qu’ils mettent en place un gouvernement d’Union nationale. Dans les faits, les Occidentaux sont prêts à discuter avec les islamistes de Tripoli pour sortir de la division entre l’Ouest et l’Est de la Libye. Les Européens veulent absolument qu’un gouvernement libyen unifié soit capable de contrôler les côtes libyennes, situées à seulement 350 km de l’Europe, pour freiner les vagues de migrants. Dans cette optique, l’Europe considère qu’elle doit s’appuyer sur l’ensemble des forces libyennes et non seulement sur le gouvernement de Tobrouk, nationaliste et anti-islamiste. Dans cette perspective, l’ONU lance des pourparlers de paix entre les différents acteurs de la société libyenne, y compris avec certains membres du Parlement ancien de Tripoli. L’avenir du général Haftar, qui était radieux, s’assombrit peu à peu : son influence en Cyrénaïque est certes considérable, mais il est bien trop haï des islamistes pour jouer un rôle de trait d’union entre l’Est et l’Ouest du pays.
  • Accords de Skhirat au Maroc : en mars 2015, toujours sous la pression des Occidentaux, est trouvé un accord de paix pour déterminer les conditions de la constitution d’un gouvernement d’Union nationale entre le Parlement ancien de Tripoli (Congrès général national) et le Parlement nouveau de Tobrouk (Chambre des représentants). Ces Accords sont validés le 23 décembre 2015 par le Conseil de Sécurité de l’ONU.

  • Le gouvernement est formé début janvier 2016, sous la houlette de l’homme d’affaires tripolitain Fayez el-Sarraj qui devient chef du gouvernement et président du Conseil présidentiel. C’est aujourd’hui le seul gouvernement libyen reconnu par l’ONU. Un Haut Conseil d’Etat est mis en place pour veiller au respect des conditions des Accords de Skhirat. Le nouveau gouvernement est un savant équilibre entre les différentes communautés et tribus de Libye, notamment entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque. Il siège d’abord à Tunis, mais rejoint Tripoli le 30 mars et prend progressivement le contrôle des ministères de la capitale. C’est la fin progressive de l’ancien Parlement de Tripoli car les importantes milices armées qui contrôlent de facto le territoire prennent peu à peu le parti de Fayez el-Sarraj, notamment la coalition Fajr Libya. C’est également le cas de nombreux acteurs économiques, notamment ceux liés à l’industrie pétrolière du pays.
  • Néanmoins, le 25 janvier 2016, le Parlement de Tobrouk, pourtant partie prenante des Accords de Skhirat, refuse de reconnaître le nouveau gouvernement d’union nationale. Depuis, la Chambre des Représentants n’est plus reconnue par les Occidentaux ni les Nations Unies et il n’y a toujours pas eu formellement de vote accordant au nouveau gouvernement d’Union nationale sa légitimité. Ce dernier répond aux critiques en s’appuyant sur le soutien dont il dispose auprès d’une partie du Parlement de Tobrouk et d’une partie de celui de Tripoli.
  • Un nouvel équilibre est en train de se dessiner et il est probable que celui qui parviendra à obtenir une victoire décisive contre Daech à Syrte disposera d’un puissant effet de levier pour asseoir son autorité. Depuis le début du mois de juin 2016, l’Etat islamique connaît en effet un repli important dans cette région. S’il est en difficulté par l’Est sous les coups de la Nouvelle Armée libyenne commandée par le général Haftar et soutenue par le Parlement de Tobrouk, Il est surtout acculé à l’Ouest par les forces du gouvernement d’Union nationale.
  • Jusque là, le général Haftar concentrait surtout sa lutte contre l’islamisme plus à l’Est dans le pays, notamment à Benghazi, où d’autres brigades islamistes que l’Etat islamique sèment la terreur. Mais l’avancée du gouvernement d’Union nationale vers Syrte le contraint à se déployer vers l’Ouest pour ne pas être écarté d’une victoire symbolique contre Daech. Son heure semble passée, car les forces fidèles au gouvernement d’Union nationale, venues de la ville voisine de Misrata et réunies sous la chambre des opérations al-Bunyan al-Marsoos ont presque encerclé l’EI à Syrte et contrôlent presque toute la côte de cette région. Les djihadistes ne peuvent plus aujourd’hui fuir par la mer et sont condamnés à mener grâce à leur snipers embusqués des actions de guérillas urbaines dans le centre-ville de Syrte. Déjà, selon Libération, « l’émissaire (de l’ONU) pour la Libye, le diplomate allemand Martin Kobler, s’est déclaré “impressionné” par les “progrès rapides” des pro-GNA à Syrte ». Une manière de pousser la reconnaissance du gouvernement d’Union nationale par le Parlement de Tobrouk et par l’encombrant général Haftar.

Comme en Syrie, l’obsession pour faire tomber Daech tend à faire oublier les autres groupes djihadistes, notamment ceux qui se revendiquent officiellement ou officieusement d’Al-Qaïda, comme le groupe Ansar al-Charia. L’Egypte ou la Russie ne s’y trompent pas et continuent à armer et soutenir la Nouvelle armée libyenne du général Haftar, qui, même si elle semble affaiblie par les avancées des forces armées du gouvernement d’Union nationale, contrôle encore la majeure partie de la Cyrénaïque. La Libye est encore très loin d’une unité retrouvée. La scission entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque est toujours de mise, tandis que le Sud demeure un vaste chaos entre les différentes tribus touaregs, chaos qui facilite le transfert des djihadistes et des armes entre la Méditerranée et le Sahel. Si la prise de Syrte, symbolique, confortera le gouvernement de Fayez el-Sarraj au détriment du général Haftar, ce n’est qu’une étape vers la recomposition du pays. Comme en Syrie ou en Irak, les drames engendrés par les années de guerre civile rendent impossible un retour à une Libye unitaire et centralisée : comme à Damas ou Bagdad, seule une certaine dose de fédéralisation du pays pourrait espérer réconcilier Cyrénaïque et Tripolitaine, laissant à Tobrouk une large autonomie vis-à-vis de Tripoli. Le peuple libyen, lui, souffre sans trève des suites de l’intervention occidentale de 2011 qui, conformément aux manières américaines, a consisté à détruire les structures étatiques existantes -au motif que celles-ci ne respectaient pas les critères de l’Etat de droit- sans se préoccuper de “l’après”. Dès lors, la complexité des équilibres communautaires et tribaux et la richesse de pays aiguisent les ambitions et les appétits, ne laissant aucune chance à un quelconque apaisement politique et relèguent presque immédiatement l’idée même de “droits de l’homme” au rang d’utopie enfantine. Le régime dictatorial mis à bas, c’est le chaos, l'anarchie et la guerre civile qui emplissent l’espace politique soudainement libéré.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

anais 26/08/2016 21:00

1 DE PLUS DANS VOTRE VIE
J'ai envie de me dévoiler un peu pour vous. Histoire de comprendre un peu mieux LA VIE et que le MAL EST A COTE DE VOUS
J'ai 36 ans, maman de 3 enfants. J'avais tout pour être heureuse. Une belle maison avec grand jardin, 3 enfants magnifiques, et un travail avec bon salaire.
J'avais tout pour être heureuse, mais je ne l'étais pas. Mais POURQUOI ???
L'année dernière , après plusieurs épisodes de dépressions, j'ai fait un gros burn-out. Je me suis retrouvée incapable d'aller travailler, je me suis alors retrouvée à la maison , 1 semaine, 2 semaines, 1 mois.
C'est alors que je me suis dit il fallait chercher le POURQUOI , je suis allée sur un site d'annonces et de nombreux témoignages font référence à sa médiumnité et je l'ai contacté il est un voyant formidable, un voyant qui m'a ouvert les yeux sur beaucoup de choses qui n'allaient pas dans mes relations sociales , sentimentales car mon mari grondait sur moi et faisait sa tete et Eric m'a dit que mon problème c'est une COLLEGUE de service . J'ai dit QUOI et j'ai suivi ce qu'il m'a dit et cette collègue s'est dévoilée et m'a présenté des excuses comme l'a dit cet grand et formidable voyant . A présent tout est redevenu NORMALE et je suis TRES HEUREUSE
Je vous laisse son mail : levoyanteric@yahoo.fr Merci Eric de votre capacité indéniable à voir l'avenir et les êtres tels qu'ils sont ! Je vous le recommande à 100%!!

vanessa 15/08/2016 17:17

Confession : « Voyance ou Maraboutage...QUI CONSULTER ? »
Alors là les amis, vous pouvez me dire merci ! Je viens de vous donner les coordonnées de la voyante la plus célèbre .Et croyez-moi les sceptiques seront toujours les bienvenus chez Maud Michele. Elle est claire , sincère, précise dans ses visions et ne mâche pas ses mots. Je l'ai consultée deux fois au cours de ma vie (RETOUR DE MON EX ET POUR MON ORIENTATION PROFESSIONNELLE ), et j'en suis à chaque fois ressortie éblouie. Avec Michele, on chasse le négatif pour attirer vers soi le positif.
Ses prédictions se sont avérées très justes et je vous recommande de la consulter sans crainte et elle est top de chez top !
N'hésitez pas à y la consulter de ma part ! michelemaud@outlook.fr

herrera 21/07/2016 19:23

RETROUVEZ VOTRE FLAMME JUMELLE
Votre histoire sentimentale m’a interpellé !
Tout ce qui a été décrit dans ce forum ressemble énormément à ce que j’ai vécu avec mon mari S., il y a 3 ans de cela. J’ai eu avec lui une relation passionnelle et fusionnelle qui m’a permis d’apprendre à m’aimer, et à stopper certains de mes comportements autodestructeurs. Mais il est sorti brutalement de ma vie en tant que petit copain, au bout de trois semaines, . Je me rappelle avec émotion l’énorme joie, et la sérénité que j’ai ressenties quand il m’a alors serré à nouveau dans mes bras. Puis, nous nous sommes vus en tant que mari et femme grace aux travaux du grand maitre Voyant AURORE . On est toujours ensemble jusqu'à présent avec 2 enfants
Ce témoignage afin de vous dire que rien n'est perdu pour vous . Son contact
auroretresor@outlook.fr

jules 06/07/2016 16:55

Témoignage : Refaire sa vie avec son ex , je l'ai vécu
Jules, 27 ans « J’avais tout fait pour récupérer ma copine. C’était devenu maladif ,

j'étais dans un sale état. Je lui téléphonais tous les jours, j’envoyais des textos. Je la

harcelais pour qu’elle me récupère. Un jour, un ami m’a parlé du voyant PLAYA . j’ai suivi

ce que le voyant me disait de A à Z. Résultat, mon ex m’a recontacté après 7 jours et je

suis de nouveau avec elle.Ce message pour vous qui recherchez le retour de votre ex
Son e-mail :pierreplaya@outlook.fr

Antoine 22/06/2016 22:08

Bonjour et merci pour vos brillantes analyses et informations géopolitiques que je consulte régulièrement. Cependant, votre plume semble avoir dérapé sur la légende de la carte : il est écrit "Nouvelle Armée Syrienne" au lieu de "Nouvelle Armée Libyenne" ! Mais peut-être était-ce un clin d'œil intentionnel !
Au plaisir de vous lire.
Cordialement,

Antoine