La bombe humaine : Turquie, Syrie, Russie, Europe… comment les migrants sont devenus la nouvelle arme non conventionnelle utilisée par (presque) tous

Publié le par Caroline Galactéros

La bombe humaine : Turquie, Syrie, Russie, Europe… comment les migrants sont devenus la nouvelle arme non conventionnelle utilisée par (presque) tous

J'ai été interviewée par le site Atlantico aux côtés du général (2S) Jean-Bernard Pinatel et de l'amiral Alain Coldéfy.

Extraits :

"La crise migratoire est bien le dernier clou, spectaculairement douloureux et humiliant, enfoncé dans le cercueil des utopies européennes. Utopie d’une unification politique inéluctable et « naturelle », utopie d’un arasement prétendument souhaitable des frontières, utopie d’une fusion idéelle des identités et des cultures dans un creuset communautaire dont on a nié par ailleurs la racine chrétienne originelle pour accueillir généreusement et bien naïvement une radicalité identitaire politico-religieuse exogène. La disqualification des Etats, de l’autorité, des souverainetés tenues pour rétrogrades dès les années 90, ont abouti à la consolidation des communautarismes et à la montée de crispations populistes devant ce déni du réel dogmatique, technocratique et massif.

On peut donc parler d’une « arme » au sens où, de facto, cet afflux massif mais coordonné de migrants met à mal une UE incertaine d’elle-même, perdue entre ses valeurs affichées et ses intérêts les plus évidents, et la plonge dans une crise révèlant l’indécision et la désunion structurelles de ses gouvernants et pour certain, leur déficit de représentativité".

Retrouvez la suite de l'interview en suivant ce lien : La bombe humaine : Turquie, Syrie, Russie, Europe… comment les migrants sont devenus la nouvelle arme non conventionnelle utilisée par (presque) tous.

Commenter cet article