Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BOUGER LES LIGNES - C. Galactéros

Realjuridik, le bras juridique de la Realpolitik ?

17 Février 2016 , Rédigé par Caroline Galactéros Publié dans #Signaux faibles, #Géopolitique, #Moyen-Orient

Realjuridik, le bras juridique de la Realpolitik ?

Je vous conseille la lecture de l’excellent article Turquie, Israël, Russie : le temps de la RealJuridik de Pierre Hazan publié le 3 février 2016 dans le journal Le Temps.

Le poids croissant de la Russie, de la Chine ou de l’Inde sur la scène diplomatique internationale, ainsi que les errances voire les fiascos des chancelleries occidentales (Irak, Afghanistan, Libye) consacrent le grand retour de la RealPolitik dans la conduite des affaires du monde. Forgée par l’homme politique allemand Ludwig von Rochau au milieu du XIXe siècle, la RealPolitik entendait décrire alors le “télescopage entre les aspirations de progrès du siècle des Lumières et les jeux de pouvoir entre les Etats-nations naissants”. La situation n’a guère changé : devant la nouvelle multipolarité des rapports de force entre les Etats (après la parenthèse de l’hyperpuissance américaine pendant la décennie 1990), un tel télescopage est plus que jamais de rigueur entre intérêts nationaux divergents, droits de l’homme et justice internationale.

Le grand mérite de Pierre Hazan est de montrer que le droit, loin d’être neutre ou objectif, est au contraire le véhicule privilégié d’une RealPolitik offensive. C’est précisément ce que beaucoup de pays émergents (ou émergés récemment) reprochent aux nations occidentales : la rhétorique développée autour de la notion des “ droits de l’homme” ne sort pas de la cuisse de Jupiter, mais est au contraire une arme juridique qui vise d’abord à satisfaire les intérêts nationaux des Etats qui la promeut.

Qu’est-ce alors que la RealJuridik ? Pour Hazan, il s’agit de “l’art de légitimer pour les Etats leur version politico-morale de l’histoire tout en préservant au mieux leurs intérêts lors d’un conflit ou d’une crise”.

Le juriste prend pour exemple récent l’instrumentalisation de l’histoire et des mécanismes juridiques étatiques et onusiens par la Russie, la Turquie et Israël dans le cadre de leur rivalité évolutive et au-delà de leur lutte d’influence au Moyen-Orient :

Dans le cadre de l’actuelle crise entre Moscou et Ankara, un projet de loi a été déposé à la Douma fin novembre 2015 pour reconnaître le génocide des Arméniens de 1915 et criminaliser le négationnisme turc. Il aura donc fallu que deux F-16 turcs abattent un Su-24 pour que ce génocide apparaisse soudainement de façon criante aux autorités russes…​

En butte aux sanctions russes, Ankara se tourne aujourd’hui vers Israël. Face à cette nouvelle convergence tactique - peut-être durable - des intérêts stratégiques des deux pays, les différends juridiques s’estompent soudainement :

  • Les relations étaient exécrables entre les deux pays depuis que le 31 mai 2010, des soldats israéliens avaient violemment arraisonné une flottille humanitaire affrétée par une ONG turque qui cherchait à enfreindre le blocus israélien vers Gaza.

  • A partir de 2012, plusieurs “commissions d’enquête” ont été créées par les autorités turques et israéliennes, par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU (rapport plutôt pro-turc) ainsi que par le Secrétaire général de l’ONU (rapport plutôt pro-israélien).

  • Soudainement, ces commissions d’enquête et rapports deviennent caducs : le Premier ministre israélien s’est même excusé pour l’arraisonnement et a décidé du versement d’une indemnité d’une vingtaine de millions de dollars à un fonds d’indemnisation des victimes. Quant aux Turcs, ils renoncent à toute poursuite contre des responsables israéliens liés à l’incident de la flottille turque.

Comme un projet de gazoduc sous-marin est actuellement en cours de discussion pour relier les deux pays, les armes judiciaires entre Ankara et Tel-Aviv se taisent soudainement … RealJuridik oblige.

Pour aller plus loin, à lire :


Pierre HAZAN, Turquie, Israël, Russie : le temps de la RealJuridik, in Le Temps, 03/02/2016.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article